En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites

Laprugne


La commune de Laprugne s’étend sur le haut bassin de la Besbre, entre les bois de l’Assise à l’est et le roc des Gabelous à l’ouest, à la limite du département de la Loire.

Une occupation dès la période préhistorique est attestée par la découverte de haches.

La voie romaine menant de Vichy à Feurs permit l’établissement d’un oppidum.

Les religieuses bénédictines de Cusset fondèrent au XIIe siècle un prieuré et la maison forte de Châtelard destinés à leur servir de refuge en périodes de troubles. Il ne reste rien de cette maison forte ni de deux autres châteaux que la tradition mentionne sur le territoire.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les faux sauniers, dits "gabelous", étaient nombreux dans cette région limite entre l’Auvergne et le Bourbonnais où l’impôt sur le sel n’était pas homogène.

Des prêtres et des conscrits réfractaires vinrent se réfugier sur le territoire au moment de la Révolution.

En 1849, une partie des terres de Laprugne fut détachée de la commune pour créer celle de La Chabanne. La vie s’organisait autour des activités agricoles et artisanales, des 8 foires annuelles (il en subsiste 2).

Mais l’activité principale fut celle des mines qui employèrent de 150 à 200 ouvriers. De 1842 à 1872, l’étain et le cuivre furent exploités au lieu-dit "Charrier" ; un déclin survint, mais l’exploitation fut à nouveau dynamisée grâce au passage du chemin de fer économique reliant Vichy à Roanne, jusqu’à péricliter en 1953.

Parallèlement à la mine, l’eau de la source "Bouna Font", captée dès 1926, fut exploitée par l’État à partir de 1933 et reprise par la société Perrier en 1959.

Laprugne bénéficia aussi de la mine d’uranium de Saint-Priest-Laprugne ouverte par le C.E.A. en 1956 ; pour accueillir les ouvriers, il fallut construire la cité du Cordat, avec 135 logements (qui fut ensuite transformée en village de vacances), agrandir l’école, ouvrir des commerces et même un cinéma. La fermeture de la mine en 1980 représenta une perte économique importante pour la commune.

C’est sur la commune de Laprugne que se trouve la station de sports d’hiver de la montagne bourbonnaise, la Loge des Gardes. Un parc éolien, qui passe également à Ferrières-sur-Sichon et à Saint-Clément a vu le jour en 2010.

Les nombreux lieux d’accueil sont autant de points de départ de promenades en Montagne Bourbonnaise.

Informations sur la commune :

Canton :
Le Mayet-de-Montagne

Superficie :
3 461 hectares

Population :
405 habitants - les "Prugnards"

Horaires d'ouverture de la mairie : 

Lundi de 13h30 à 17h30
Mardi jeudi et vendredi de 9h à 12h30